lettrines-vivianeyoux.blog4ever.com

lettrines-vivianeyoux.blog4ever.com

Mais, tu aurais pu rapporter le panier !

 

« Mais, tu aurais pu rapporter le panier ! »

Il était resté là-bas, sous le noyer, vide.

Je ne sais pas pourquoi, je n’avais pas pu supporter l’idée de le remplir de fruits. Chaque fois que je me décidais à aller vers le fond du jardin, j’étais happée par les noix tombées au sol. Mon pied en pressait délicatement une ; elle s’écrasait, s’écartelait en un bruit sourd ; je n’avais plus qu’à détacher délicatement un cerneau de sa coque, puis l’autre s’étalait plus largement dans la bouche, peut-être un peu déformé par la pression du pied. Mais cette mise en bouche, âcre et onctueuse, appelait la suivante… Et mon panier, coque après coque, demeurait désespérément vide.

 

« Quand même, pense au panier… »

Ah, et puis il me fatigue avec son panier ! Comme si la seule chose qui comptait pour lui, c’était que le panier soit bien rangé ; l’impression de flirter avec l’éternité en attribuant une place à chaque chose, une fonction durable bien illusoire ! Je n’arrive décidément pas à comprendre sa manie de tout conserver, les journaux précieusement entassés et classés par semaine, par mois… moi qui subirais plutôt l’invasion de l’éphémère comme un raz de marée à endiguer sans relâche, et laisse s’accumuler des tas que je m’empresse de jeter dès que ma tête implose sous la masse.

Même les noix, précieusement engrangées en octobre, sont calculées pour tenir jusqu’à l’automne suivant ; il ne faut surtout pas en utiliser trop d’un coup, si jamais il n’y en avait pas assez pour tenir un an ! Mais quelle prétention, conserver, faire des réserves, et pourquoi pas croire en l’immortalité pendant qu’il y est ? moi, ce que j’aime, c’est le bruissement craquant de la noix fraiche sous mon pied, l’apreté mielleuse qui attaque mon palais, et tant pis pour l’acidité.

  

Des théories, toujours des théories ! Il se disait que, décidément, elle aurait mieux fait de garder un boulot stable, avec des horaires réguliers et un salaire à la fin du mois. Au moins elle aurait pu réserver ses ratiocinations à ses périodes de loisirs. Mais s’être installée à son compte, « free lance » comme ils disent, pour lancer quoi librement ? Et en plus dans la créativité, la « com », domaines totalement incontrolables… qu’est-ce que tu fais ? cette question à peine posée, elle partait dans des considérations inépuisables sur toutes les facettes de son activité, détails minutieux dont il se demandait s’ils ne visaient pas surtout à masquer l’appat du vide.

Trop facile de déblatérer contre l’ordre et la prévision quand on a quelqu’un qui s’en occupe et assure !

Et puis, cette manie de manger des noix fraiches sous l’arbre au risque d’avoir des aphtes dans la bouche, alors que ces mêmes noix, conservées et séchées, faisaient de si bons gateaux pendant l’hiver, un crumble pommes-poires-noix, de quoi se damner ! Enfin, pourvu qu’elle rapporte le panier, même vide, il n’allait quand même pas se laisser prendre au piège de ses allégations.



05/12/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres